La pompe à chaleur, un investissement rentable à long terme

pompe à chaleur

Publié le : 18 novembre 20227 mins de lecture

Il a été démontré que la pompe à chaleur constitue une alternative économique et durable aux chaudières au fioul ou au gaz. Quant à sa rentabilité, il y a plusieurs critères à prendre en compte pour la déterminer sur le long terme.

Les différents types de pompes à chaleur

Il existe différents types de pompes à chaleur (ou PAC) : aérothermique (air-air, air-eau), hydrothermique (eau-eau) et géothermique.

  • Les PAC aérothermiques puisent leur énergie dans l’air,
  • tandis que les pompes hydrothermiques captent leur énergie dans une source d’eau,
  • alors que la pompe géothermique trouve son énergie dans le sol.

Elles sont donc idéales lorsqu’on a pour objectif de faire des économies d énergie. Pour vous assurer d’opter pour la solution la plus rentable, il faut choisir une PAC dont la dimension correspond aux besoins en chauffage de votre logement. Si vous vous interrogez sur la pompe à chaleur et son prix, sachez que le coût d’une PAC est très variable, en fonction du type de fonctionnement de l’appareil, de son rendement, de sa puissance et de la marque du fabricant. Sera-t-elle utilisée comme seul système de chauffage ou comme chauffage d’appoint ? Ou comme chauffage principal + eau chaude sanitaire ? Le coût de l’installation peut aussi varier d’un spécialiste à un autre. Vous pourrez obtenir beaucoup d’informations sur les différentes PAC et leur prix en consultant le site calculeo.fr. N’hésitez pas à faire une demande de devis avant travaux, c’est généralement gratuit !

Comment prévoir la durabilité et la rentabilité d’une PAC ?

Il a été évalué, qu’en moyenne, le retour sur investissement de cet appareil se situe entre 7 et 15 ans. Dans le cas de la PAC géothermique, il a été établi qu’elle est la plus rapidement rentable avec un retour d’investissement d’environ 5 ans. En fait, la durabilité et la rentabilité d’une PAC dépendent de plusieurs facteurs : le type d’appareil choisi, son prix d’achat, son coefficient de performance énergétique, son rendement ainsi que l’entretien. Ce coefficient réfère au ratio entre la chaleur diffusée dans un bâtiment et l’énergie utilisée pour la générer ; plus il est élevé, plus cela indique que la PAC est performante et qu’elle ne consomme pas trop d’électricité. En effet, il faut tenir compte que cet appareil utilise de l’électricité pour produire environ 20% de la chaleur émise ; même si vous réalisez des économies d’énergie appréciables par rapport à une chaudière au fioul ou au gaz, la facture d’électricité peut augmenter (tout dépend des fluctuations du prix de l’énergie). La qualité d’isolation de la maison influence également le rendement de l’appareil. Un logement mal isolé est plus sujet aux déperditions de chaleur, ce qui rend la PAC moins performante. Le rendement d’une pompe air-air ou air-eau, par exemple, étant soumis aux variations de température extérieure, devra consommer plus d’électricité au cours de l’hiver ; son rendement sera donc plus faible à ce moment-là. Pour obtenir une moyenne de performance pour ces appareils, mieux vaut se fier au coefficient de performance saisonnier (SCOP). Généralement, la classe énergétique SCOP (A à A+++) est indiquée sur une étiquette spéciale que fournit le fabricant à ses clients. Il est recommandé d’acheter une PAC qui dispose d’assez de puissance pour répondre aux aux habitudes de consommation énergétique de ses occupants. Une puissance trop faible oblige l’appareil à consommer encore plus d’électricité pour compenser ; opter pour un appareil trop puissant constitue une dépense inutile. Pour référence, une PAC doit présenter une puissance d’environ 4 kW pour chauffer adéquatement une surface habitable de 100 m.c. ; pour 150 m.c., cette puissance devra être de 10 kW et de 12 kw pour 200 m.c. La température moyenne que vous désirez obtenir dans votre habitat pendant la froide saison sera importante à tenir compte dans le choix de la dimension de l’appareil.

Des moyens supplémentaires pour économiser de l’énergie

Optimiser au maximum l’isolation d’un logement (toiture, murs, planchers, portes, vitrages, combles) et utiliser des panneaux d’énergie solaire pour alimenter une pompe à chaleur constituent des mesures qui font augmenter notablement l’ economie d energie. Une maison adéquatement isolée peut vous faire épargner jusqu’à 30% sur la facture mensuelle d’énergie. Ce type de rénovations favorise la réduction de CO2 dans l’atmosphère, maximise le confort thermique et phonique d’un habitat, tout en faisant augmenter sa valeur patrimoniale et son niveau de prix sur le marché immobilier. Saviez-vous que de nombreuses subventions sont offertes par l’État pour aider financièrement les propriétaires (occupants ou bailleurs) qui investissent dans la transition énergétique ? Il peut s’agir de primes, de chèque énergie, de crédits… Vous trouverez des détails sur ces différentes subventions sur le site calculeo.fr .

  • MaPrimeRénov’
  • Coup de Pouce Énergie
  • Certificats économie d’énergie
  • Prime Énergie
  • Éco Prêt à taux zéro (un emprunt sans intérêt !)
  • Réduction de la TVA à 5,5%
  • Aides financières locales et départementales pour les propriétaires investissant dans la transition énergétique.

Les PAC utilisant des sources d’énergie renouvelables (air, eau, sol), sont des alternatives idéales lorsqu’on souhaite remplacer sa chaudière énergivore par un système plus écologique. En faisant installer votre PAC par une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), vous pourriez être éligible à ces subventions dont plusieurs sont cumulables. Les travaux énergétiques coûtent cher, mais lorsque vous soustrayez les aides financières obtenues, votre investissement en est de beaucoup amorti. Pour optimiser la durée de vie de votre pompe de chauffage, il est toujours avisé de la faire entretenir au moins à tous les deux ans. Plusieurs installeurs proposent un contrat d’entretien ; c’est une excellente option pour ne pas oublier de faire vérifier votre appareil tout en procédant à son nettoyage.


Plan du site